Section III : Régime douanier de la zone franche

472

§ 1. – Suspension ou exonération des droits et taxes sur les introductions de marchandises en zone franche

Art. 227. – 1° Pour la réalisation des activités visées à l’article 226, les personnes morales visées au b. de l’article 225 peuvent, à compter de la date de délivrance de l’autorisation d’exercer une activité en zone franche visée à l’article 229 Sexdecies introduire dans la zone franche des marchandises en suspension des droits et taxes exigibles à l’importation ou en sortie de régime douanier économique ou suspensif.
                    2° Pour l’aménagement de la zone franche qui leur est concédée, les gestionnaires de zones franches visés au c. de l’article 225 peuvent, à compter de la date de délivrance de la décision d’octroi de la concession de zone franche visée à l’article 229 Novodecies, introduire dans celle-ci des marchandises en exonération des droits et taxes exigibles à l’importation ou en sortie de régime douanier économique ou suspensif, à condition que ces dernières soient exclusivement destinées à l’aménagement des espaces de la zone franche. 3° Toutefois, ne peuvent être introduits dans la zone franche en suspension ou en exonération des droits et taxes à l’importation les véhicules de tourisme et leurs pièces détachées ainsi que les carburants.

§ 2. – Marchandises prohibées à l’entrée en zone franche

Art. 228. – 1° Sont prohibées à l’entrée en zone franche les marchandises dont l’importation ou l’exportation est interdite à quelque titre que ce soit, qui ne satisfont pas aux obligations imposées en matière d’indication d’origine et d’appellation géographique ou qui sont soumises à des restrictions, à des règles de qualité ou de conditionnement ou à des formalités particulières.
                   2° Sont notamment prohibées les marchandises portant atteinte :
                               a) à la moralité publique ;
                               b) à l’ordre public ;

                               c) à la sécurité publique ;
                               d) à la protection de la santé ou de la vie des personnes et des animaux ;
                               e) à la préservation de l’environnement ;
                               f) à la protection des trésors nationaux ayant une valeur artistique, historique ou archéologique ;
                               g) au respect du droit de la concurrence ;
                               h) à la défense des consommateurs ;
                               i) à un droit de propriété intellectuelle.
                   3° Lorsque des marchandises présentées pour le régime douanier de la zone franche sont refusées pour non-respect des réglementations sanitaires ou phytosanitaires ou des règlements techniques, l’Administration des douanes peut autoriser l’importateur à réexpédier ou à renvoyer à l’exportateur, ou à une autre personne désignée par l’exportateur les marchandises refusées, ou à les détruire à ses frais sous le contrôle de l’Administration des douanes.

§ 3. – Déclaration en détail pour le placement des marchandises sous le régime de la zone franche

Art. 229. – 1° Les marchandises introduites dans une zone franche sont présentées en douane pour y être déclarées en détail afin d’être placées sous le régime douanier de la zone franche. Cette déclaration en détail doit être effectuée de manière électronique et être intégrée au système automatisé de dédouanement, conformément aux dispositions du présent Code.
                  2° Le placement des marchandises sous le régime douanier de la zone franche a pour effet :
                               a) s’agissant d’une « entreprise de la zone franche » visée à l’article 225 :

                                         i. de suspendre les droits et taxes éventuellement exigibles à l’importation ou en sortie de régime douanier économique ou suspensif ;
                                         ii. de rendre cette suspension définitive lorsque les marchandises sont consommées dans la zone franche dans le cadre de ses opérations de transformation ;
                               b) s’agissant d’un « gestionnaire de la zone franche » visée à l’article 225 : d’exonérer les marchandises des droits et taxes éventuellement exigibles à l’importation ou en sortie de régime douanier économique ou suspensif.

                  3° La durée de séjour des marchandises placées sous le régime de la zone franche ne peut excéder cinq ans. A l’expiration du délai, les marchandises doivent être apurées.
                  4° Des marchandises déjà mises à la consommation en République de Madagascar ou qui sont originaires de la République de Madagascar
peuvent être placées sous le régime de la zone franche à condition que l’ensemble des droits et taxes exigibles sur ces marchandises ait été préalablement acquitté. La livraison de ces marchandises à partir du territoire douanier de la République de Madagascar à une personne morale installée dans une zone franche est considérée comme une exportation. Ces marchandises doivent faire l’objet d’une déclaration en détail pour être placées sous le régime douanier de la zone franche.

§ 4. – Opérations pouvant être effectuées sous le régime de la zone franche

Art. 229 Bis. – 1° L’autorisation d’exercer une activité en zone franche visée à l’article 229 Sexdecies délivrée à une « entreprise de la zone franche » indique expressément :
                                  a) les opérations de transformation pouvant être effectuées par le titulaire de l’autorisation dans la zone franche ;
                                  b) les marchandises pouvant être consommées dans la zone franche dans le cadre de ces opérations de transformation, préalablement en suspension des droits et taxes à l’entrée dans la zone franche.
                         2° L’autorisation de gérer une zone franche visée à l’article 229 Novodecies délivrée à un « gestionnaire de la zone franche » indique expressément :
                                  a) les opérations d’aménagement pouvant être effectuées dans la zone franche ;
                                  b) les marchandises pouvant être consommées ou utilisées dans le cadre de ces opérations d’aménagement.

                         3° En outre, les marchandises admises dans une zone franche peuvent faire l’objet :
                                  a) d’opérations nécessaires pour en assurer la conservation ;
                                  b) de manipulations usuelles destinées à améliorer leur présentation ou leur qualité marchande ou à les conditionner pour le transport, telles que la division ou la réunion de colis, l’assortiment et le classement des marchandises ou le changement d’emballage.

Art. 229 Ter. – 1° L’entreprise de la zone franche peut vendre son stock ou sa production de marchandises à d’autres entreprises de la même zone franche sous réserve d’en notifier l’Administration des douanes.
                          2° Toute vente de marchandises effectuées entre entreprises établies dans la même zone franche est effectuée sous le régime douanier de la zone franche et doit faire l’objet d’une déclaration en détail intégré dans le système automatisé de dédouanement.

§ 5. – Sortie de la zone franche

                Sous-paragraphe 1.
                Régimes douaniers en sortie de zone franche.

 

Art. 229 Quater. – 1° En sortie de zone franche, les marchandises introduites, produites ou assemblées dans une zone franche peuvent être placées sous l’un des régimes douaniers suivants :
                                                   a) l’exportation ;
                                                   b) le transit douanier ;
                                                   c) l’exportation temporaire ;
                                                   d) l’exportation temporaire pour perfectionnement passif ;
                                                   e) la destruction sous supervision douanière s’agissant de matériels, déchets ou rebuts de production qui ne seraient pas vendus.
                                2° En sortie de zone franche, les marchandises visées au 1° peuvent également être mises à la consommation en République de
Madagascar sous réserve de respecter les conditions visées à l’article 229 Sexies.

 

                Sous-paragraphe 2.
                Déclaration en détail en sortie de zone franche

Art. 229 Quinquies. – 1° Les marchandises sous le régime de la zone franche qui sont placées sous un autre régime douanier défini à l’article 229 Quater en sortie de zone franche doivent faire l’objet d’une déclaration en détail. Cette déclaration en détail doit être effectuée de manière électronique et être intégrée au système automatisé de dédouanement.
                                      2° La déclaration en détail en sortie de régime de zone franche apure la déclaration effectuée à l’entrée antérieure des marchandises sous le régime de la zone franche ;
                                      3° Cet apurement est effectué par le système automatisé de dédouanement.

                Sous-paragraphe 3.
Mise à la consommation des marchandises en sortie de zone franche

Art. 229 Sexies. – 1° En sortie de zone franche, peuvent être importés pour mise à la consommation en République de Madagascar moyennant le paiement des droits de douane et des taxes à l’importation :
                                              a) les marchandises stockées en l’état, conditionnées, produites ou assemblées en zone franche vendues par une « entreprise de la zone franche », lorsqu’elles ne peuvent pas être placées sous l’un des régimes douaniers visé au 1° de l’article 229 Quater ;
                                              b) les rebuts et déchets de fabrication vendus par une « entreprise de la zone franche » ;

                                              c) les matériels et équipements totalement  ou partiellement amortis conformément au plan comptable vendus par une «
entreprise de la zone franche » ou un « gestionnaire de la zone franche ».
                                2° La mise à la consommation des marchandises visées au a) du 1° en sortie de zone franche n’est autorisée que si les raisons liées à
l’impossibilité du placement sous l’un des régimes douaniers visé au 1°_ de l’article 229 Quater sont reconnues valables par l’Administration des douanes. L’«entreprise de la zone franche » peut apporter la preuve de cette impossibilité par tous moyens. Cette dernière peut résulter :
                                              a) d’un cas fortuit ou de force majeure ;
                                              b) de mesures de prohibition :
                                                              i. relative prises par la République de Madagascar ;
                                                             ii. relative ou absolue prises par le pays de destination des marchandises dans le cas d’une exportation ;
                                              c) de modifications de la règlementation relative au commerce extérieur et au contrôle des changes :
                                                              i. prises par la République de Madagascar ;
                                                              ii. prises par le pays de destination des marchandises dans le cas d’une exportation ;

                                              d) de raisons commerciales en cas de :
                                                              i. non-conformité de la marchandise ;
                                                              ii. rupture du contrat d’achat des marchandises ;
                                                              iii. défaillance de l’acheteur des marchandises.
                                3° Lors de la mise à la consommation, la détermination des droits et taxes :
                                              a) des marchandises stockées en l’état visées au a) du 1° est fixée en fonction de leur espèce, origine et valeur au moment de leur entrée dans la zone franche en suspension de droits et taxes. Toutefois, les marchandises provenant du marché intérieur sont mises à la consommation en
franchise de droits ;
                                              b) des marchandises conditionnées, produites ou assemblées visées au a) du 1°est fixée en fonction de la quantité, l’espèce, l’origine et la valeur des intrants admis dans la zone franche en suspension de droits et taxes qui sont incorporés dans le produit mis à la consommation. Lorsque des
marchandises ont été obtenues à partir d’intrants pris sur le marché intérieur, il n’est pas tenu compte de la quantité, l’espèce, l’origine et la valeur de ces
derniers ;
                                              c) des rebuts et déchets de fabrication visés au b) du 1° est fixée en fonction de leur quantité, espèce, origine et valeur. Leur
valeur est déterminée suivant la réglementation en vigueur ;
                                              d) des matériels et équipements visés au c) du 1°est fixée en fonction de leur quantité, l’espèce, l’origine et valeur. Leur valeur
est déterminée par l’Administration des douanes conformément à l’article 24 sur la base de la valeur résiduelle.

Sous-paragraphe 4.
Transfert et vente de marchandises entre zones franches

Art. 229 Septies. – 1° L’entreprise de la zone franche, qui souhaite transférer des marchandises d’une zone franche à une autre ou qui souhaite vendre des marchandises à une entreprise dans une autre zone franche, doit solliciter l’autorisation préalable de l’Administration des douanes.
                                 2°         a) dans le cas d’une vente, si l’autorisation est accordée, le déplacement des marchandises d’une zone franche à une autre doit être effectué sous le régime du transit douanier. La déclaration en détail de placement sous le régime de la zone franche d’arrivée apure le régime du transit.
                                              b) dans le cas d’un transfert temporaire, les modalités de sortie et d’entrée des marchandises dans les entreprises sont déterminées par voie réglementaires.
                                 3° L’Administration des douanes peut :
                                              a) déterminer l’itinéraire des marchandises acheminées sur le territoire douanier ;
                                              b) apposer des marques d’identification ou de scellement sur les marchandises.