Section V : Agrément en tant qu’« entreprise de la zone franche »

430

§ 1. – Conditions pour exercer une activité en zone franche

 

Art. 229 Quaterdecies. – 1° Ne peuvent être exercées dans une zone franche que les activités visées à l’article 226 réalisées par une « entreprise de la zone franche » visée à l’article 225.

                                           2° Pour être une « entreprise de la zone franche » habilitée à exercer une activité visée à l’article 226 dans une zone franche, une personne morale doit :
                                                       a) présenter une bonne solvabilité financière. Afin d’apprécier ces éléments, la personne morale doit fournir :
                                                                     i. une copie de ses statuts à jour à la date du dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone franche ;
                                                                     ii. un extrait du Registre du Commerce et des Sociétés de moins de trois mois par rapport à la date du dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone franche ;
                                                                     iii. son organigramme avec les noms, adresses, numéros de téléphone et courriels de ses dirigeants ;
                                                                     iv. ses états financiers pour ses cinq (5) derniers exercices comptables, ou pour l’ensemble de ses exercices comptables s’agissant de personnes morales ayant débuté leur activité depuis moins de cinq (5) ans ;
                                                                     v. un quitus fiscal de moins de trois (3) mois par rapport à la date du dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone franche ;
                                                                     vi. la preuve que l’activité destinée à être exercée en zone franche est conforme aux normes environnementales et sociales;
                                                       b) avoir une bonne discipline douanière, fiscale et sociale, c’est-à-dire remplir les conditions cumulatives suivantes :
                                                                     i. justifier de procédures fiables et acceptées par les autorités fiscales, sociales et douanières pour l’archivage de ses registres et informations en vue de les protéger contre la perte, la destruction ou l’intrusion ;
                                                                     ii. avoir déposé régulièrement ses déclarations d’impôts, de droits, taxes, redevances ou cotisations sociales et ses déclarations de douane au cours des cinq (5) années précédant la date du dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone franche ;
                                                                     iii. avoir régulièrement acquitté ses impôts, droits, taxes, redevances et cotisations sociales au cours des cinq (5) années précédant la date du dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone franche;
                                                                     iv. ne pas avoir fait l’objet d’un redressement douanier, accepté ou approuvé suite à un contentieux après épuisement des voies de recours, au cours des cinq (5) années précédant le dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone franche :
                                                                                        1) pour un montant supérieur à vingt-cinq pourcent (25%) des droits éludés ; ou
                                                                                        2) assorti d’une condamnation pour un délit de douane ; ou
                                                                                        3) assorti de sanctions pénales.

                                                                     v. ne pas avoir fait l’objet d’un redressement fiscal, accepté ou approuvé suite à un contentieux après épuisement des voies de recours, au cours des cinq (5) années précédant le dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone franche :
                                                                                        1) pour un montant supérieur à vingt-cinq pourcent (25%) des montants déclarés ; ou
                                                                                        2) assorti de pénalités pour manœuvres frauduleuses ou dissimulation de prix ; ou
                                                                                        3) assorti de sanctions pénales ;
                                                                     vi. ne pas avoir fait l’objet d’un redressement en matière de cotisations sociales, accepté ou approuvé suite à un contentieux après épuisement des voies de recours, au cours des cinq (5) années précédant le dépôt de la demande d’exercice d’une activité en zone
franche :
                                                                                        1) pour un montant supérieur à vingt-cinq pourcent (25%) des cotisations éludées ;
                                                                                        ou
                                                                                        2) assorti de sanctions pénales.

                                           3° Les personnes morales qui n’ont pas  encore réalisé cinq (5) exercices comptables sont réputées avoir une bonne discipline douanière, fiscale et sociale lorsqu’elles ont rempli les six (6) conditions cumulatives prévues au b. du 1. au titre de
l’ensemble de leurs exercices clos ou en cours.

§ 2. – Demande d’agrément en tant qu’« entreprise de la zone franche »

Art. 229 Quindecies. – 1° La demande d’exercice d’une activité en zone franche doit être  adressée par lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre remise en main propre à l’Administration des douanes.
                                        2° Cette demande doit être accompagnée :
                                                       a) du formulaire dûment rempli prévu par l’Administration des douanes ;
                                                       b) d’une étude de faisabilité ;
                                                       c) d’un programme d’activités.
                                        3° L’Administration des douanes décide de la recevabilité de la demande dans les trente (30) jours francs qui suivent la soumission de cette dernière. Pour ce faire, elle vérifie si l’ensemble des documents requis par le a. du 2. de l’article 229 Quaterdecies est fourni.
                                        4° Si la demande n’est pas recevable car incomplète, l’Administration des douanes informe le demandeur, par lettre recommandée avec accusé de réception ou par lettre remise en main propre, qu’il dispose d’un délai de quinze (15) jours francs afin de régulariser sa demande. Dans ce cas, le délai prévu au 3. est porté à soixante (60) jours francs. Si l’intéressé ne régularise pas sa demande, cette dernière est rejetée
                                        5° Toutefois, en cas de rejet d’une demande incomplète, le demandeur conserve la possibilité d’introduire une nouvelle demande.

Art. 229 Sexdecies. – 1° Si la demande d’exercice d’une activité en zone franche est recevable sur le fondement de l’article 229 Quindecies, l’Administration des douanes statue sur cette dernière en vérifiant que :
                                                       a) le demandeur a une bonne solvabilité financière au vu du a. du 2. de l’article 229 Quaterdecies ;
                                                       b) le demandeur a une bonne discipline douanière, fiscale et sociale au vu du b. du 2. de l’article 229 Quaterdecies ;
                                                       c) les modalités de la comptabilité matières du demandeur, prévue à l’article 229 Unvicies, remplissent les conditions nécessaires pour que cette dernière soit agréée par l’Administration des douanes ;
                                                       d) l’étude de faisabilité et le programme d’activités présentés par le demandeur présentent les garanties nécessaires d’un point de vue financier, technique et environnemental.
                                        2° L’Administration des douanes doit statuer sur la demande d’exercice d’une activité en zone franche dans un délai de soixante (60) jours francs qui court à compter de la date de réception de la demande.

                                        3° L’Administration des douanes peut :
                                                       a) exiger, par lettre recommandée avec accusé de réception ou lettre remise en main propre, des informations complémentaires auprès du demandeur qui dispose d’un délai de quinze (15) jours francs pour y répondre. Dans ce cas, le délai prévu au 2. est porté à quatre-vingt-dix (90) jours francs. Si l’intéressé ne répond pas à cette demande d’informations complémentaires, sa demande est rejetée ;
                                                       b) convoquer le demandeur afin de s’entretenir de son projet sous quinze (15) jours francs à compter de la date de convocation. Dans ce cas, le délai prévu au 2. est porté à quatre-vingt dix (90) jours francs. Le demandeur peut se présenter seul ou assisté de son conseil à cette
convocation. Si l’intéressé ne se présente pas à la convocation, sa demande est rejetée.
                                        4° En cas d’acceptation de la demande, l’autorisation d’exercer une activité en zone franche :
                                                       a) est accordée par l’Administration des douanes ;
                                                       b) spécifie :
                                                                     i. la durée pendant laquelle l’autorisation est accordée sans pouvoir dépasser cinq (5) ans 
                                                                     ii. les conditions spécifiques imposées au demandeur ;
                                                       c) est publiée :
                                                                     i. dans le journal officiel de la République de Madagascar ; et
                                                                     ii. aux frais du bénéficiaire, dans un quotidien à fort tirage de la République de Madagascar.

                                        5° En cas de rejet de la demande, la décision de l’Administration des douanes doit :
                                                       a) être notifiée à l’intéressé par lettre recommandée avec avis de réception ou par lettre remise en main propre contre décharge ;
                                                       b) être motivée ;
                                                       c) comporter la mention des voies et délais de recours.
                                        6° L’Administration des douanes est considérée comme ayant implicitement rejeté la demande lorsqu’elle n’a pas statué dans le délai
imparti au 2°.
                                        7° Toute décision de rejet expresse ou implicite peut faire l’objet d’un recours conformément au Titre IX Bis du présent Code.

                                        8° L’autorisation visée au 4° est renouvelable sur simple demande de l’« entreprise de la zone franche » par lettre recommandée avec accusé de réception ou lettre remise en main propre adressée à l’Administration des douanes. Le renouvellement est accordé par l’Administration des douanes sauf :
                                                       a) en cas de manquement, dûment constaté de la personne morale bénéficiaire à ses obligations prévues aux articles 226, 229 Bis, 229 Quaterdecies, 229 Quindecies, 229 Unvicies et 229 Duovicies. Dans ce cas, le non renouvellement emporte les mêmes conséquences que le retrait telles que prévues à l’article 229 Quinvicies ;
                                                       b) en cas de retrait de l’autorisation selon les modalités prévues à l’article 229 Quatervicies.