Recueil des plans d’actions de toutes les entités intervenant dans le processus de dédouanement dans le cadre de la redynamisation de l’Observatoire du délai de dédouanement (ODD) : le secteur privé, la douane et ses partenaires, ensemble pour améliorer l

La Direction générale des douanes a organisé un atelier sur l’Observatoire du délai de dédouanement « ODD », du 11 au 13 mars 2020 derniers à Ampefy.

Mise en œuvre par l’administration des douanes depuis 2011, en collaboration avec GasyNet, l’ODD n’a pas atteint les résultats escomptés sur la réduction du délai de dédouanement. A titre d’illustration, à Toamasina Port, la sortie des marchandises est, en moyenne, effectuée après 17 à 18 jours de l’arrivée des navires en 2018 comme en 2011.

Cet atelier a eu pour principal objectif de « recueillir les plans d’action des parties prenantes », dans le processus de dédouanement, en matière de facilitation des échanges et de réduction du délai de dédouanement à Madagascar.Il a été la continuité de l’atelier organisé à Antsirabe en décembre dernier.

Cet évènement a tout d'abord permis aux participants d'avoir une vision globale de l’ODD, d’écouter le rapport du benchmarking effectué par l’équipe technique de l’ODD au Maroc ainsi que le Plan stratégique 2020-2023 de la douane. Dans un second temps, les groupes de travail auxquels tous les participants ont contribué ont permis de relever et de proposer des activités à entreprendre en vue d’accélérer le dédouanement tout en respectant les normes et textes nationaux et internationaux.

Parmi les pistes d’actions proposées se trouvent :

  • la conception d’une procédure simplifiée de création de BSC ;
  • l’utilisation obligatoire et effective du module DeliveryOrder (DO) pour l’import et l’uniformisation des procédures pour l’export ;
  • l’amélioration du traitement d’IM8 dans le système de dédouanement ;
  • la dématérialisation des procédures et des formalités de dédouanement des manutentionnaires ;
  • l’intégration de mise en place d'un système de traitement informatisé pour les ports non informatisés ;
  • la vulgarisation du système e-laharana au niveau de tout gestionnaire aéroportuaire ;
  • la mise en place d’un tarif intégré ;
  • la poursuite du déploiement du module MIDAC pour la délivrance de toutes les autorisations ministérielles requises dans la procédure de dédouanement ;
  • la généralisation de l'utilisation des tablettes au niveau des autres bureaux de douanes et la dotation d'un deuxième écran par vérificateur ;
  • la promotion de l'envoi des Ordres de Virement scannés par e-mail, en remplacement du dépôt physique, pour les clients respectifs de chaque banque ;
  • l’adhésion au paiement électronique TradeNet des clients des banques interfacées ;
  • l’envoi périodique et automatique des performances par agence et par banque ;
  • l’opérationnalisation du Web-service en matière de récupération des déclarations en douanes et des liasses documentaires ;
  • l’installation d’un portique à code barre au niveau du port ;
  • la promotion de l'utilisation de la plateforme de tracking GNBORNE (https://gn-intranet.gasynet.mg/gnborne/#) aux opérateurs ou la mise en place de l’ODD on-line ;
  • la professionnalisation du métier de transitaire ;
  • la vulgarisation et la mise en œuvre de l'Opérateur Economique Agréé (OEA) ;
  • la révision périodique du cahier de charge des manutentionnaires (délai d’exécution, infrastructures adéquates) ;
  •  l’optimisation du « feu vert » venant de GasyNet dans le statut du DAU.

Financé par le Programme de renforcement de l'efficacité de l'administration (PREA), cet atelier a été très fructueux grâce aux participations effectives et à l’implication totale de chaque participant durant ces trois jours : les services techniques de la douane (SSAE, SAE, SCAP, SDC, SI, SLR, SPCB, SVO, SRAR, SCSR),quatre bureaux des douanes ODD (Antanimena, Ivato Aéroport, MamoryIvato, Toamasina Port), la société GasyNet, le SPAT, l’APACM représenté par son président, les manutentionnaires (MICTSL, SMMC et SEMS), le groupement d’entreprises SIM, le GOPTM, l’APB, le CNFE etl’équipe technique de l’ODD.

Toutefois, la vraie réussite de cet atelier consiste à la mise en œuvre effective de tous ces plans d’actions, qui seront formulées et soumises à validation des autorités supérieures de chaque partie prenante sous forme d’engagement officiel.

 

Date de l'actualité: 
Mardi, 17 mars, 2020
Douanes Malagasy 2017
GTranslate
French English